La maladaptation, accélérateur des inégalités

Site: Moodle UVED
Course: Les modes d'action en anthropocène
Book: La maladaptation, accélérateur des inégalités
Printed by: Guest user
Date: Thursday, 25 July 2024, 5:20 PM

Description

1. A propos de la séquence

Acquis d'apprentissage

  • Connaitre les notions de compensation, de maladaptation et d'effet rebond
  • Citer des exemples de maladaptation

Durée de la séquence

  • 15 min

2. La compensation, la maladaptation et l’effet rebond

Lorsqu'on interroge uniquement les moyens, les stratégies et les leviers d’actions peuvent conduire à 

  • la compensation, 
  • la maladaptation,
  • l’effet rebond.

2.1. La compensation

La compensation, issue de la séquence « éviter, réduire, compenserRéf. biblio » repose sur le principe de substituabilité des capitaux. Le capital financier est substituable au patrimoine naturel et au travail humain, c'est un premier biais. La généralisation du terme capital pour le vivant non-humain et humain traduit ce glissement et sa mise en chiffres à l’instar d’un processus technologique ou d’une opération financière.

Parmi les actions de compensation, il convient de relever la compensation carbone. Elle consiste à financer un ou plusieurs projets environnementaux, autrement appelés puits de carbone, permettant le stockage, la réduction ou l’évitement d'émissions de gaz à effet de serre. Le recours auxdits puits de carbone naturels, les forêts et autres couverts végétaux comporte un autre biais. Ce sont des paris sur l’avenir. En effet, la compensation présume d’une capacité future d’un espace végétal de capter une quantité donnée de CO2. D’une part, le CO2 est émis aujourd’hui et agit immédiatement sur le climat, d’autre part, les conditions climatiques (sécheresse, canicule, maladies) font peser une incertitude forte sur les capacités du futur couvert végétalRéf. biblio. Il ne tient pas compte des incendies dont le risque est croissantRéf. biblio. Enfin, le développement de ces puits de carbone s’effectue souvent au détriment d’espaces naturels qui sont détruits (alors qu’ils participaient aussi au stockage du carbone).

2.2. La maladaptation

La maladaptation consiste à ne pas traiter la cause du problème, mais le symptôme. 

En conséquence, le problème est déplacé :

  • soit sur le plan spatial, 
  • soit sur le plan temporel. 

Il demeure non résolu et/ou la solution apportée génère un nouveau problème. Potentiellement, ce nouveau problème va appeler la création d’une nouvelle technologie. 

Le recours aux canons à neige pour palier le déficit de neige illustre cette situation. Les canons à neige consomment beaucoup d’énergie et beaucoup d’eau. Ainsi, d’une part leur fabrication est génératrice de conséquences environnementales, d’autre part leur fonctionnement consomme des ressources en tension et génère des conflits et des impacts. 

Les méga-bassinesRéf. biblioRéf. biblio , les digues ou l’ensablement afin de lutter contre l’élévation du niveau de la mer et l’érosion du trait de côte relèvent du même esprit.

2.3. L'effet rebond

L’effet rebond ou Paradoxe de Jevons est défini comme l’accroissement de la consommation provoqué par la réduction des limites qui étaient jusque-là posées à l’usage d’un bien, d’un service ou d’une technologie. Le surcroît de ressources dégagé est alors utilisé pour une surconsommation du même produit, ou bien pour la consommation d’autres produits. L’effet rebond est la conséquence de l’approche par l’optimisation/efficacité des procédés. L’effet rebond est de 2 ordres :

  • Effet direct, les gains d’efficacité provoquent une réduction du prix de la ressource et par conséquent une hausse de sa demande. Par exemple suite à l’isolation thermique de son bien, l’usager chauffe plus de pièces, donc consomme davantage ;
  • Effet indirect, les mêmes gains d’efficacité accroissent le pouvoir d'achat, ce qui permet d’acquérir d’autres biens ou de bénéficier d’autres services. Ces derniers sont émetteurs de gaz à effet de serre et ont des impacts environnementaux.
    • 1er niveau : l’usager fait l’acquisition de nouveaux équipements électriques, donc il consomme davantage d’électricité ;
    • 2nd niveau : l’usager fait l’achat d’un véhicule plus puissant ou prend l’avion pour ses vacances vers une destination lointaine.

3. Ressources complémentaires

Pour aller plus loin...

Spectacle
  • Point de Bascule, Compagnie du Gravillon, 2022 : Tout commence le jour où le personnage principal ouvre un courrier d’Air France, proposant de compenser pour lui les émissions de CO2 de son vol pour New York. Il choisit de refuser pour s’en charger lui-même et se retrouve embarqué dans une course folle à la compensation carbone, le propulsant bien au-delà des limites de l’absurde.

4. Crédits

Cette leçon fait partie du Socle commun de connaissances et de compétences transversales sur l'anthropocène (S3C), produit par la Fondation UVED et soutenu par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Logo de la Fondation UVED Logo du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Elle est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons - 4.0 International : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Licence Creative Commons

Pour la formation continue ou professionnelle, les modalités d’usage sont à déterminer avec UVED et doivent faire l’objet d’un contrat définissant les conditions d’usage et de commercialisation. Contact : s3c@uved.fr

Première édition :  octobre 2023